La Tribune
En fin d'après-midi, le 5 septembre, au lendemain d'une défaite électorale et au bout de neuf ans de pouvoir, Jean Charest a abandonné le poste de chef du Parti libéral du Québec qu'il occupait depuis presque 15 ans. Le dos un peu voûté, les yeux rougis et sous les applaudissements de ses ministres, il a remonté tout seul le grand escalier du foyer de l'Assemblée nationale.
En fin d'après-midi, le 5 septembre, au lendemain d'une défaite électorale et au bout de neuf ans de pouvoir, Jean Charest a abandonné le poste de chef du Parti libéral du Québec qu'il occupait depuis presque 15 ans. Le dos un peu voûté, les yeux rougis et sous les applaudissements de ses ministres, il a remonté tout seul le grand escalier du foyer de l'Assemblée nationale.

Succession de Jean Charest: plusieurs laissent la porte ouverte

La Presse Canadienne
Raymond Bachand et Pierre Paradis ont laissé la porte ouverte, jeudi, à une participation à la course à la direction du Parti libéral du Québec (PLQ). Aussi pressenti pour être sur les rangs, le ministre des Transports sortant Pierre Moreau a éludé la question.