La Tribune
Pierre-Hugues Boisven
Pierre-Hugues Boisven

Pierre-Hugues Boisvenu fait son mea culpa

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
«Dans le fond, il faudrait que chaque assassin (ait) le droit à sa corde dans sa cellule. Il décidera de sa vie», a-t-il lancé. M. Boisvenu croit que la peine de mort devrait être considérée pour les cas où il n'y a aucune possibilité de réhabilitation. «Dans des cas aussi horribles que (Clifford) Olson, est-ce qu'on peut avoir une réflexion à ce niveau-là? Des gens sur lesquels il n'y a aucune possibilité de réhabilitation, des gens qui ont assassiné des dizaines de femmes? Je n'ai pas beaucoup de pitié pour ça», a tranché le sénateur.